Luc Ferry est venu expliquer la décentralisation à Amiens Plaidoyer pour une décentralisation de la formation professionnelle

Le ministre de l’Education nationale a entamé à Amiens, lundi 28 avril une tournée des popotes préalablement au débat parlementaire sur l’éducation en juin.
« Je rencontre dans les régions tous ceux qui sont concernés par l’école mais aussi la formation professionnelle », explique-t-il. A Amiens, lors de deux réunions de travail, avec proviseurs de lycées professionnels et principaux de collèges de la Somme, puis les enseignants concernés, il a évoqué les expériences menées sur l’alternance. Un thème que défendent également les représentants des assemblées consulaires et du patronat qui ont partagé le déjeuner du ministre au lycée hôtelier.
« Je suis absolument convaincu qu’en ce qui concerne la formation professionnelle, l’orientation et l’information des jeunes les régions et les départements seront bien meilleurs que l’Etat, a-il déclaré, il est évident que c’est à ce niveau que l’on doit décider si on doit dans tel lycée professionnel ouvrir ou fermer une voie de formation, un CAP, un BEP… » Une pratique déjà en cours pour les enseignements professionnels dispensés en apprentissage. La commission permanente du Conseil régional de Picardie a ainsi examiné le 25 avril l’ouverture de nouvelles sections.
Le ministre lie cette réforme à celle du collège unique. « Permettons aux collégiens d’aller quelques après-midi par semaine dans un lycée professionnel où on leur montrera qu’il existe d’autres parcours que la voie générale », suggère-t-il.
« Une réforme à moyens constants qui devrait être efficace contre l’échec scolaire », a-t-il complété.