Les archives de la Somme célèbrent le Tour de France durant tout l’été

Les archives départementales de la Somme célèbrent cet été le centenaire du Tour de France cycliste. De 1913 à 1924, en effet, la Somme a connu une situation exceptionnelle. Voilà le seul département français traversé deux fois par le Tour, lors de la première étape (Paris-Le Havre) et lors de la dernière (Dunkerque-Paris) !

Ce regard porté sur l’événement sportif, devenu objet du patrimoine national, se voudra délibérément sociologique et culturel. Quel a été l’écho de cette course nationale dans l’opinion publique du département ? De quelle façon s’est forgé son succès jusqu’à la Deuxième Guerre mondiale ? Quels étaient les relais locaux impliqués dans l’organisation de cette fête populaire ? Quels symboles faut-il lire derrière le choix des itinéraires et des étapes, d’un Tour à l’autre ?

Affiches, documents de presse, photographies, vélos anciens, équipements chers aux coureurs, issus des collections des Archives départementales, mais aussi de l’Historial de Péronne, de la Bibliothèque départementale de prêt, des Archives municipales et de la Bibliothèque municipale d’Amiens, du Musée d’histoire contemporaine de Paris, offriront l’image de ce que fut le Tour pour les habitants de la Somme en ce début du XXe siècle : des préparatifs, insignifiants d’abord, puis, à partir des années 1930, de plus en plus exigeants, pour régler la signalétique, les contrôles de ravitaillement et de signature à Abbeville, Amiens et Doullens, et surtout prévenir les dangers du passage des coureurs, à … 30 km/h ! ; la mobilisation estivale des correspondants locaux du journal L’Auto à Amiens et Montdidier et des journaux municipaux et régionaux ; la naissance des « forçats de la route » picards, tel Hennuyer, stimulés par les grandes icônes cyclistes nationales ; une émulation formidable pour les associations sportives et les sociétés vélocipédistes et cyclistes ; un facteur de développement économique, avec la naissance du phénomène publicitaire et la spécialisation en industrie cycliste d’Albert ; l’animation durable des villes de l’itinéraire, les cafés pavoisés et le son des chansons populaires.

Course particulière, le Tour de France cycliste l’est aussi parce qu’il fait référence à l’identité d’un pays et forge une pédagogie nationale. On comprendra alors ce que Desgranges, directeur du journal L’Auto, a voulu faire du passage du Tour dans la Somme en 1919, puis en 1936, de la découverte des villages de l’est du département au sortir de la Première Guerre à la célébration des vingt ans de la bataille de la Somme. Rapprochant le présent et le passé, la gloire d’aujourd’hui et celle d’hier, l’évocation des lieux traversés déclenchait, pour la France entière, un travail de remémoration.

Conférences en chaîne

D.R.A.C. de Picardie, salle Robida, mardi 8 juillet , de 18 h à 20 h 30
M. Franck GILSON-ALBARET, doctorant de l’Université de Picardie
Première demi-étape : « L’écho du Tour de France dans l’opinion publique de la Somme, 1903-1939 »

19 h.- Pause et contrôle de ravitaillement, sur un air de musique

Deuxième demi-étape : « Les Tours de 1919 et 1936 dans la Somme, symboles et commémoration »

Exposition temporaire

Salle d’exposition des Archives de la Somme, du 10 au 30 juillet et du 1er au 15 septembre 2003
Ouverte du mardi au vendredi, de 13 h à 18 h ; visite de groupes en matinée sur rendez-vous (03.22.71.86.00).

Un Tour en lectures et en chansons
Salle d’exposition des Archives de la Somme ou cloître des Visitandines, selon le temps extérieur, samedi 30 août à 15 h

Lecture publique de textes de Colette, Charles Hennuyer, Mac Orlan, Perret, Albert Londres, au rythme des chansons de Fredo Gardoni, La Houppa, et beaucoup d’autres !